Souviens-toi… L’été dernier

Pour cette fin de semaine de 3 jours (lundi 2 septembre étant férié pour la fête du travail), nous sommes partis à la découverte du Québec dans une Réserve faunique, à plus de 6 heures de Montréal. Le nom de celle-ci est très difficile à prononcer. Je vous laisse donc ce plaisir : « la réserve faunique Ashuapmushuan ». La réserve se situe à seulement 35 minutes du lac Saint-Jean, non loin de la région du Saguenay.
Petite video de notre aventure c’est ici

Le voyage débuta, le vendredi en fin de journée, afin de pouvoir profiter à fond de ces 3 jours.
Arrivés sur le camp, il était 2 heures du matin. Un drôle de chalet perdu au fin fond d’une forêt, à environ 5 à 10 minute de voiture d’une habitation.
Le chalet aurait pu servir de décor pour le film « Souviens-toi… l’été dernier ». Je vous laisse imaginer la surprise en pleine nuit (même pas peur !), avec la lune qui brillait de mille feux. En plus, l’électricité n’était pas présente dans celui-ci. Tout fonctionnait au gaz. On était donc un peu perplexes à notre arrivée.

Le chalet était équipé d’une barque et d’un kayak. « Pas l’temps d’niaiser », à peine arrivés que nous voilà au milieu du lac, à regarder les étoiles.
Le ciel était d’une beauté incroyable.

DSC_1185

J’ai oublié de préciser que le chalet se situait au bord du lac Dufferin, et c’était la seule et unique habitation au bord de ce lac, donc aucun problème de voisinage.

Par chance, le beau temps était avec nous toute cette fin de semaine.

La réserve cache quelques paysages magiques, dont un en particulier, les chutes de la Chaudière (c’est vrai que le nom n’est pas très vendeur).
C’est un endroit merveilleux. Si vous ne voulez pas perdre votre pot d’échappement, allez-y avec une grosse voiture, type 4X4 ou du même genre, car la route est remplie de cailloux.
Une fois devant les chutes, personne… Une impression de liberté totale pour un paysage à couper le souffle. Prenez un petit pique-nique avec vous. C’est encore plus sympa.
Un endroit assez incroyable, isolé du monde, pour des souvenirs à jamais gravés.

DSC_1033

DSC_1109

Pour plus de photos, c’est ici

Le Parc National de la Jacques Cartier

En cette fête de la Saint-Jean (le 24 juin est la fête du Québec), une fin de semaine de 3 jours s’offrait à nous.
On a alors décidé de partir en petit groupe (6 personnes) au Parc National de la Jacques Cartier, pour une fin de semaine nature. Le parc se situe à environ 30 minutes de Québec.
Nous avons loué un chalet au cœur de la forêt, au bord de la rivière. C’était un bel emplacement pour faire un feu de camp, un petit BBQ et des guimauves grillées.
Le cadre était juste merveilleux, comme une représentation parfaite de ce que l’on peut voir dans les films américains.
Le parc propose une multitude d’activités, pour les petits comme pour les grands.

DSC_0173

DSC_0523

Dimanche matin, nous avons embarqué pour 25 km de kayak, sur la rivière Jacques Cartier, afin d’en prendre plein la vue. Le paysage était à couper le souffle. Je n’ai malheureusement pas pris le risque de prendre mon appareil sur le kayak, car à cette heure-ci il serait mort. Pendant les 25 km, nous avons pu croiser quelques animaux, plusieurs rapides (pour le challenge), mais avant tout du calme et le plaisir de glisser sur l’eau.

À la nuit tombée, nous sommes repartis au chalet pour fêter la Saint-Jean, au coin du feu. Nous en avons alors profité pour pratiquer notre créativité à l’aide de mon appareil et de quelques lampes frontales, pour s’essayer au light painting.
Le résultat est assez original.

DSC_0540

DSC_0545

Finalement, lundi, avant de partir, nous nous sommes attaqués à une randonnée difficile, celle appelée « Les Loups ». Le descriptif était alléchant : « à couper le souffle! Voyez les plus saisissantes des fractures du massif des Laurentides : les spectaculaires vallées de la Jacques-Cartier et de la Sautauriski ».

Panorama sans titre1

Résultat.. Après 4 heures de marche et quasiment 700 mètres de dénivelé, nous avons enfin eu le droit à deux panoramas à couper le souffle, avec des vues imprenables sur la vallée.
Cela valait vraiment le coup pour quelques minutes de bonheur.

À noter, pour une question de survie, au Québec les moustiques sont plus des piranhas volants avec des ailes. Alors, n’oubliez pas vous équiper, car ils n’hésitent pas à vous piquer une cinquantaine de fois, en 2 jours.

Pour plus de photos rendez vous sur ici

DSC_0669

DSC_0196